L'Améthyste ou «pierre d'Evêque»

 

améthyste d'AuvergneToute la région du Vernet la Varenne cache dans son sous-sol les célèbres « Pierres d’Evêque » qui étaient si prisées par la reine Margot et qui, d’après la légende, lui auraient orné les doigts.

L’améthyste appartient à la vaste famille du quartz. Elle tient sa couleur qui varie du violet foncé au mauve pâle de la présence d’oxyde de manganèse ou plutôt de fer. Son nom provient du grec AMETHYSTOS (qui n’est pas ivre) car sa principale vertu était de protéger de l’ivresse, mais pas à proprement parler de l’ivresse consécutive à la consommation d’alcool, elle permet de garder le sens des réalités, c’est pourquoi la tradition de l’église prescrit à l’Evêque de porter une améthyste à l’annulaire droit, car elui-ci doit faire abstraction de son ego pour gouverner le peuple de Dieu, il doit être l’interprète infaillible des volontés divines, en se gardant de toute ivresse, demeurant bien ancré dans les réalités de ce monde.

L’améthyste à travers les âges

A toutes les époques, elle fut une pierre fort estimée.

Dans l’Egypte ancienne les soldats la portait taillée en forme de scarabée afin de se protéger de la peur et de la mort. Ce fut la pierre préférée de Néron (cinquième et dernier empereur de la dynastie julio-claudienne, il règna de 54 à 68). A Rome on aimait la porter en camée où resplendissait le visage du dieu Bacchus (dieu du vin, de l'ivresse, des débordements, notamment sexuels), on taillait même des coupes en améthyste qui empêchaient de s’enivrer. La légende ajoute que l’anneau offert à la Vierge Marie par Saint Joseph portait une améthyste. C’est la douzième pierre citée par St Jean dans l’Apocalypse, elle est associée au signe des poissons, dernier signe du zodiaque. Les roses croix la situait après la sardoine au deuxième degré de l’échelle de Jacob. Les gens de la cabale s’en servaient, ils ne pouvaient négliger une puissance aussi mystérieuse. Le violet de l’Améthyste fut le symbole des noces mystiques du seigneur et de l’église. C’est elle qui servait à garnir le pectoral du grand prêtre des hébreux, elle fait partie des pierres qui symbolisent les douze tribus d’Israël. Les monarques soumis à l’influence des astrologues la plaçait sur leur couronne, signe de leur souveraineté.

L’exploitation de l’améthyste dans le Livradois

L’améthyste apparaît dans l’histoire de l’Auvergne en 1640 grâce à Martine de Bertereau avec une mine d’améthyste à Pégut paroisse du Vernet. Tous les deux ou trois ans les espagnols venaient faire leurs provisions, les villages de Pégut, Genestine, la Reinerie s’animaient alors, on les attendait, et leurs sacs pleins de cette pierre d’Auvergne ils retournaient outre-pyrénées où elle se vendait rapidement. Mais à la suite d’un mauvais partage, ils décidèrent d’abandonner l’Auvergne, les ronces recouvrirent les exploitations, l’eau envahit les galeries.

En 1860 ce fût le réveil grâce à Monsieur Demarty qui se mît au travail à l’aide d’une vingtaine d’ouvriers, les blocs furent arrachés aux rochers et expédiés à Royat dans un vieux moulin, il créa la taillerie de Royat en 1899 pour écouler la pierre violette devenue véritablement la pierre d’Auvergne.

Oui, c’est un trésor prodigieux que recèlent nos monts du Livradois !

Legrand d’Aussy écrit qu’un particulier du Vernet cherchant un débouché pour les siens porta de l’améthyste à Genève, des joailliers genevois les lui achetèrent et il s’en défit si avantageusement que pendant longtemps il vint en chercher. Les filons ne sont pas négligeables, certains atteignent deux kilomètres. Les travaux de jadis ont permis la découverte d’énormes géodes, celle de Pégut avait l’allure d’une petite grotte permettant le passage d’un homme, toujours d’après Legrand d’Aussy. Une année comme les marchands avaient été arrêtés et dépouillés sur les chemins, les gens du Vernet s’offrirent à travailler pour eux aux carrières, sur parole, les nourrirent et leur avancèrent au départ ce qu’il fallait pour la route « Les Espagnols surent d’ailleurs reconnaître le procédé et firent passer sans manquer les sommes dues à ces pauvres gens ». Braves paysans du Vernet La Varenne, est ce une légende ?

Dans mon analyse personnelle, Issoire est associée étroitement à la découverte de l’améthyste d’Auvergne par les marchands Espagnols, Issoire étant sur le chemin de St Jacques de Compostelle les paysans du Vernet la Varenne qui recueillaient cette pierre chez eux venaient la vendre à Issoire, c’est certainement dans ces conditions qu’elle a pris le chemin de l’Espagne dans les poches des pèlerins. (Voir documents ci-dessous)

amethysteConseils

A l’heure actuelle il est désormais très difficile de récolter un bel échantillon d’Améthyste cristallisé sur les anciens travaux d’exploitation. La visite des carrières et mines abandonnées ne peut en aucun cas s’effectuer sans l’accord préalable du propriétaire. Respectez les sites et l’on vous respectera, n’oubliez pas que tous ces gisements sont sur des propriétés privées.

Ce sont de brillants joyaux qui avec de la patience vous pourrez retrouver trace, l’Antique pierre sacrée destinée à orner et parer, appartient à l’univers féerique des chercheurs, on aime se surpasser dans cette aventure qui nous fait retourner la terre.

Localisations

Pour les amoureux de la nature qui ne craignent pas les ronces, le Livradois conserve encore quelques jolis cristaux mauves et brillants, derniers vestiges de sa splendeur passée. Pour vous familiariser avec ce minéral, nous vous proposons tout d’abord de visiter l’ancienne mine de PEGUT -1- (repère sur le croquis), le filon le plus exploité de l’époque. L’accès se fait par le chemin partant de la D24 presque en face le chemin du hameau de Perrier. Le filon de la REYNERIE -2- à l’est du château. Celui d’ESCOUT -3- à mi-chemin entre Champagnat le jeune et Escout vers la Croix St Barthélemy. Le filon de MONTGROS -4- à l’ouest de Coupe-Gorge, à mi-pente dans les bois en face du hameau de Bel-Air et au sud. Sur la commune de Saint-Étienne sur Usson, le filon de GENESTINE -5- activement exploité au début du siècle passé pour de la tabletterie, pommeaux de cannes, ou de parapluies, au sud du village de Genestine.

Ne vous acharnez pas sur un des sites, il y en a tant d’autres qui ne sont pas cités ici, à découvrir soi-même.

carte

 

Couverture Legrand d'Aussy     Couverture Saint-René Taillandier

       Espana sagrada

dona

Voir les extraits du livre "Voyage d'Auvergne" (Le Grand d'Aussy, 1788)

Voir les extraits du livre "Résumé de l'histoire d'Auvergne"
(Saint-René Taillandier, 1826)

Ce livre espagnol de 1774 évoque l'importance de l'améthyste chez les nobles

Un article espagnol (partie 4) mentionne le commerce de l'améthyste avec l'Auvergne et valide mon hypothèse (2012)

 

 

The bishop's stone in Auvergne

 

amethyste d'AuvergneThe whole region of the Vernet la Varenne hides in its basement the famous "Bishop's Stones", that were so by the queen Margot and that, according to the legend, would have decorated her fingers.

The amethyst belongs to the vast family of the quartz, it holds its colour which varies from dark purple to pale mauve, owing to the presence of oxidize manganese or rather iron. Its name originates from the Greek AMETHYSTOS (that is not drunk) as its main virtue was to protect from drunkenness, but not strictly speaking from drunkenness due to the consumption of alcohol, it allows to keep a sense of reality. This is why the tradition of the church prescribed to the bishop to carry an amethyst to the right ring finger, as he must leave his ego aside to govern the people of God, he must be the infallible spokesman of divine wills, while being wary of any drunkenness, remaining firmly fixed in the realities of this world.

The amethyst throughout ages

In all eras, it was a strongly estimated stone.

In old Egypt, soldiers used to wear it shaped like a beetle in order to protect themselves from fear and death. This was Nero's favourite stone (the fifth and last emperor of the Julio-claudian dynasty, he reigned from 54 to 68). In Rome people liked to wear it in cameo where the face of the god Bacchus gleamed (god of wine, drunkenness, excesses, notably sexual ones), cups in amethyst were also cut to prevented from getting drunk. The legend adds that the ring offered to the Virgin Mary by Holy Joseph wore an amethyst. This the twelfth stone quoted by Holy John in the Apocalypse, it is associated with the sign of the Pisces which is the last sign of zodiac.

The pink crosses situated it after the sardoine at the second degree of the Jacob scale. People of the cabbala used it, they could not neglect such a mysterious power. The purple colour of the amethyst was the symbol of the mystical wedding between the Lord and church. It was used to trim the pectoral muscle of the high priest of Hebrews. It is part of the stones that symbolize the twelve tribes from Israel.

The monarchs subject to the influence of the astrologers placed it on their crowns as a sign of their sovereignty.

The exploitation of the amethyst in the Livradois region

The amethyst appears in the history of the Auvergne in 1640 thanks to Martine of Bertereau with an amethyst mine in Pégut parish of the Vernet. Every two or three years the Spanish used to come to stock up, then the villages of Pégut, Genestine and the Reinerie livened up, they were awaited and when their bags were full of this stone from Auvergne, they returned over the Pyrenees where it was sold quickly. But further to a bad division, they decided to abandon the Auvergne, their exploitations got covered with thorns, water invaded the galleries.

In 1860 this was the awakening thanks to Mister Demarty who set himself to work with the help of workers, blocks were extracted from rocks and sent to Royat in an old mill. He created the gem cutting of Royat in 1899 to sell the purple stone which actually became the stone of Auvergne.

Yes, our mounts of the Livradois conceal a phenomenal treasure !

Legrand d'Aussy wrote that a person from the Vernet looking for an opening for his family wore amethyst in Geneva, Genevan jewellers bought them from him and he could sell them so easily that for a long time he came to search some. The lines are not negligible, some reach two kilometres. The previous works enabled to discover huge geodes, the one of Pégut looked like a small cave allowing one man to get in, still according to Legrand d'Aussy.

One year as the merchants had been stopped and stripped on the ways, people of the Vernet offered to work for them in the careers, on word, fed them and gave them at the start what was necessary for the journey. "Besides the Spanish were wise enough to recognize the process and always gave what the owed to these poor people". Brave peasants from the Vernet La Varenne, is this a legend ?

In my personal analysis Issoire is closely linked to the discovery of the Auvergne amethyst by the Spanish merchants, as Issoire is on the way to St Jacques of Compostelle the peasants from the Vernet la Varenne who collected this stone at home came to sell it in Issoire. It certainly took the way to Spain in these conditions in the pockets of the pilgrims.

Advice

At the present time it is henceforth very difficult to harvest a beautiful amethyst sample crystallized on the former exploitation works. The visit of abandoned careers and mines cannot be in any case carry out without the previous agreement of the owner.

Respect the sites and you will be respected, do not forget that all these deposits are on private properties.

These are sparkling jewels that you will be able to trace with, the antique sacred stone meant to decorate and adorn belongs to the searchers enchanting universe, we like to surpass ourselves in this adventure that makes us return the earth.

Locations

For nature lovers who do not fear the thorns, the Livradois still has some pretty mauve and sparkling crystals considered as the last traces of its past splendour.

To familiarize you with this mineral, we suggest you first of all to visit the former mine of PEGUT -1-(location on the sketch), the most exploited line in the region. You can have access to it from the path from D24 almost opposite the path of the hamlet of Perrier.

The line of the REYNERIE -2- in the east of the castle.

The one of Escout -3- half-way between Champagnat le jeune and Escout towards St Barthélemy Cross.

The line of MONTGROS -4- in the west of Coupe-Gorge, half-slope in the woods opposite the hamlet of Bel-Air and at the south.

In Saint-Etienne sur Usson, the line of GENESTINE -5- actively exploited at the beginning of the past century for tablettery, umbrella or cane knobs, in the south of the village Genestine.

Do not persist on one of the sites, there are so many others that are not quoted here and that you can discover yourself.

 

carte